Le tour du monde immigration en 80 secondes

Le tour du monde immigration en 80 secondes
‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
Alors que la France vit de sombres heures politiques, et que l’immigration semble  être LE mot ayant eu la plus forte descente en terme de popularité ces dernières années, on vous propose un tour du monde ( non exhaustif) des évolutions immigration dans le monde. Non seulement parce que Oui Immigration gère les procédures d’immigration en France mais également à l’international, mais surtout parce qu’on veut rester fidèle à notre devise de « Positive Immigration » !
‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎

Les informations qui suivent concernent l’immigration professionnelle – nous en recevons chaque semaine des dizaines.Elles restent techniques et liées à des procédures bien spécifiques, mais donnent une idée de comment le pays concerné gère l’immigration et son ouverture aux talents internationaux.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
ASIE / OCÉANIE

Dans l’ensemble, les pays asiatiques s’ouvrent aux arrivées de talents étrangers, en facilitant l’arrivée des personnes (comme la Chine, qui vient de rajouter les citoyens australiens, néo-zélandais et polonais dans la liste de citoyens exemptés de visas pour un séjour de 15 jours à visée touristique / business – même chose pour le Japon, qui a augmenté à 71 nationalités la liste de citoyens pouvant s’y rendre sans visa ), en digitalisant ses procédures d’immigration (toujours la Chine, qui vient d’améliorer son site permettant de déposer une demande de permis de travail en ligne),  en augmentant drastiquement les réponses à certaines demandes d’immigration ( merci la Malaisie, qui depuis le 4 juin 2024, donne un accord immédiat aux demandes des entreprises concernant le quota de salariés étrangers pour l’année à venir) ou en trouvant des solutions pour pallier les éventuels manquements des autorités ( l’Indonésie propose désormais aux expatriés un « Bridging Visa » de 60 jours, leur permettant de rester sur place en attendant que leur demande de renouvellement soit traitée).

L’Australie a annoncé fin mai une série facilitant l’accès aux étudiants indiens, en créant un « National Innovation Visa » et en permettant l’accès au « Work Holiday Visa » pour les citoyens chinois, vietnamiens et indiens. Néanmoins, le quota de permis liés à la résidence permanente a été baissé.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
MOYEN-ORIENT

Les documents permettant de voyager d’un pays du Golfe à l’autre sont plus nombreux ( un « visa touriste unifié » nommé « GCC Grand Tours » devrait être disponible d’ici fin 2024), et certains pays s’ouvrent au fait que les entreprises étrangères s’installant sur leur sol ne soient pas détenues à 100% par des locaux ( le Koweït autorise désormais que le capital d’une société étrangère a soit détenu à 100% par des non-koweïti, contre 51% jusqu’à présent). Les Golden Visas et Digital visas y fleurissent, et les Emirats Arabes Unis proposent depuis juin 2024 une « Blue Residency Card », permis de résidence de 10 ans pour les talents travaillant pour la conservation de l’environnement.  Israël mettra en place au 1er août l’autorisation de voyage électronique ETA-IL ( basée sur le modèle de l’ESTA américain), obligatoire pour 100 nationalités.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
AFRIQUE

L’Afrique du Sud travaille actuellement sur un système de points, permettant aux talents qualifiés de contribuer à l’économie du pays, ainsi qu’à la simplification de certaines procédures. Un digital nomad devrait également y voir le jour bientôt. Le Nigéria, à l’inverse, impose depuis mars 2024 un impôt à toute société ne favorisant pas les recrutements locaux.

Les citoyens algériens et marocains comptabilisent depuis quelques jours les 13 et 11 millions d’euros (respectivement) dépensés en vain pour obtenir un visa pour l’espace Schengen. Sur le podium des nationalités auxquels les visas Schengen ont été le plus refusés, ils sont suivis par les Egyptiens, les Nigérians et les Tunisiens.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
AMÉRIQUES 

Les Etats-Unis ont augmenté assez drastiquement les frais de délivrance des visas et on note un durcissement dans le traitement des demandes (les fameuses « Request for Evidence » ou demande d’informations additionnelles sont plus fréquentes). Les Consulats des États-Unis en Inde ont reçu 3900 citoyens indiens lors du Visa Day annuel, le 13 juin dernier, montrant une volonté d’ouverture à cette nation qui est la plus nombreuse en terme d’étudiants étrangers. L’immigration américaine évolue très, très régulièrement et les prochaines élections auront bien sûr un impact sur la loi d’immigration.

Le Canada souffre d’un backlog depuis quelques mois, c’est-à-dire que les délais de traitement des dossiers d’immigration sont (très) longs. Dans l’ensemble, on note un léger repli, que ce soit dans les quotas autorisés, l’augmentation des frais gouvernementaux ou les ressources financières minimum exigées. Dernier exemple en date du 1er juillet 2024 : il n’est plus possible d’obtenir son permis de travail Post Graduation directement à la frontière.

Rien de révolutionnaire en ce qui concerne les pays d’Amérique Latine, qui proposent désormais presque tous une immigration plus digitalisée.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
EUROPE

Les mesures de protection pour les réfugiés ukrainiens ont été renouvelées jusqu’au 4 mars  2026,  l’Espace Schengen vient d’augmenter les frais des visas, et le Conseil de l’Union européenne a validé en mai 2024 une réforme visant à «  à rendre l’espace Schengen plus résilient face aux crises actuelles et futures à ses frontières extérieures ». Les pays transcrivent dans leurs lois nationales d’immigration les mesures européennes (comme la fameuse Carte Bleue Européenne), et la fameuse autorisation électronique de voyage est attendue pour la fin 2024.

Le Danemark a annoncé assouplir ses exigences à partir du 1er juillet, tout comme la République Tchèque qui n’impose désormais plus de test d’opposabilité du marché à une dizaine de nouvelles nationalités.  L’Italie donne plus d’informations concrètes sur son digital visa lancé au printemps, et le Portugal a annoncé une série de mesures destinée à renforcer l’attractivité du pays auprès des talents internationaux.

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
ET EN FRANCE ?

En France, la loi immigration 2024 a fait l’objet de nombreux débats mais on attend encore les applications concrètes de nombre de ses décrets. L’ANEF, le site permettant aux étrangers de gérer leur immigration en ligne, augmente au fur et à mesure son catalogue de procédures gérables en ligne.

En France, un certain candidat qui n’a de rassembleur que le nom de son parti parle d’un quota de 10 000 étrangers par an – oubliant que ce chiffre ne couvrirait qu’un très faible pourcentage des talents étrangers dont la France a besoin pour rayonner, et que les entreprises peinent à trouver dans notre pays ; oubliant également tous les étrangers qui viennent prendre les jobs dont les Français ne veulent pas, ceux qui viennent créer des entreprises et des emplois, ou investir dans de l’immobilier, prendre leur retraite ou étudier en amenant, chacun, expertise, valeur et … impôts au pays.

La France ne se limitant heureusement pas à ce candidat, finissons sur une note positive : la France propose de nombreuses possibilités en termes d’immigration professionnelle. Que ce soit pour la France ou pour toute autre pays, contactez-nous pour en discuter 😊 oui@oui-immigration.com

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎
Related Posts
Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *